Catégorie : ACTUALITÉS

Message à la Nation du Président de la République à l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance

Mes chers compatriotes,

Demain, 4 avril 2018, nous célébrons le 58e anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale.

Le 4 avril, moment solennel de communion et d’introspection, rassemble en tant que Nation unie par l’histoire et un destin communs. Il nous rappelle le souvenir de générations qui, avant nous, n’ont connu que les souffrances de la domination coloniale.

Le 4 avril est aussi un exercice de mémoire, en hommage à tous nos héros et héroïnes, célèbres ou anonymes, qui ont payé de leur personne la résistance à la colonisation.

Cette fête est enfin celle de la liberté, de l’Armée et de la jeunesse. Elle nous exhorte à transcender le passif du passé, et exalte notre détermination à édifier une Nation prospère pour conforter notre destin de peuple libre.

A toutes et à tous, mes chers compatriotes, j’adresse mes chaleureuses félicitations.

Je salue avec respect et affection nos anciens combattants. Merci, chers anciens combattants, pour votre contribution à la défense du monde libre et à la réalisation du droit de notre peuple à disposer de lui-même. Le souvenir de vos sacrifices restera immortel dans notre mémoire collective.

Ce soir, j’ai une pensée particulière pour tous les membres de nos Forces de défense et de sécurité tombés sur le chemin du devoir, dont les victimes du crash d’hélicoptère le 14 mars dernier à Missirah.

Aux braves citoyens qui ont apporté les premiers secours dans un acte d’humanité héroïque, je redis la reconnaissance de la Nation.

Pour magnifier leur bel exemple de civisme, j’ai décidé de les honorer d’une distinction nationale et de les convier comme invités d’honneur au défilé de cette année.

A vous, officiers, sous-officiers et militaires du rang, je réitère mon soutien et ma confiance.

Dans un contexte de menaces exacerbées, nous sommes fiers que nos Forces de défense et de sécurité restent mobilisées, avec un courage et un dévouement patriotiques, au service de la Nation, de l’Afrique et de la communauté internationale.

Voilà pourquoi je me réjouis que le thème du défilé de cette année porte sur la contribution des Forces de défense et de sécurité à la paix et à la sécurité internationales.

En effet, au soutien de notre diplomatie de paix, notre pays est aujourd’hui le premier contributeur de troupes de la CEDEAO, et le 7e des Nations Unies, avec près de 4000 soldats, hommes et femmes, aujourd’hui déployés dans six théâtres d’opération.

Dans l’accomplissement de leurs missions internes ou étrangères, nos Jambaars continuent de faire honneur à l’idéal Armée-Nation, et à leur devise : On nous tue on ne nous déshonore pas.

Comme je l’ai indiqué à la cérémonie de baptême du patrouilleur Fouladou, je poursuivrai les efforts d’équipement et d’amélioration des conditions d’existence de nos Forces de défense et de sécurité, afin qu’elles soient toujours prêtes à l’appel du devoir.

Quant à vous, jeunes du Sénégal, je suis sûr que vous marquerez encore de votre vitalité créative la fête de demain alors que nos Lions, partie intégrante de notre jeunesse, sont sur le chemin de Russie 2018.

Chers Lions, portez haut les couleurs nationales, dans la combativité et le fair-play. Nos vœux et prières vous accompagnent. Je vous renouvelle tout mon soutien.

Ce soir, j’ai aussi le plaisir d’annoncer que la Délégation générale à l’Entreprenariat rapide des Jeunes et des Femmes (DER), doté d’un fonds initial de 30 milliards, entre dans sa phase active.

 

La DER a été créée pour soutenir les initiatives d’entreprenariat et d’auto emploi des jeunes et des femmes, en répondant aux exigences de transparence de diligence et d’efficacité. A chaque talent, à chaque projet viable, l’Etat veut donner une chance de succès.

Ainsi, dans sa phase pilote, la DER financera le secteur de la pêche à hauteur de deux milliards. Et suivant les conclusions du 1er Forum du numérique, un milliard sera alloué aux jeunes promoteurs de start-ups,dont les multiples applications ouvrent de nouvelles activités génératrices de revenus.

 

Enfin, en partenariat avec une association de femmes investisseuses, la DER mobilisera 500 millions en appui à des projets spécifiques aux femmes.

Ces efforts de création d’activités génératrices de revenus en faveur des jeunes et des femmes s’ajoutent à ceux déjà engagés avec la phase pilote du projet Formation-école-entreprise que j’ai lancée le 6 mars dernier. Grâce à une mobilisation plus accrue de l’entreprise, c’est finalement 25 000 jeunes, au lieu des 10 000 initialement prévus, que nous préparons, sur une période trois ans, à intégrer le marché de travail.

Je salue la participation citoyenne du secteur privé à ce partenariat novateur que l’Etat soutient par des allocations mensuelles versées aux apprenants, en plus de la prise en charge intégrale des frais de formation.

En cette année que j’ai voulue sociale, le Gouvernement vient aussi de consentir d’importants efforts en faveur des enseignants et des médecins.

Ainsi en est-il de l’accord conclu avec les professeurs d’université, pour la généralisation du système de retraite complémentaire.

Dans le même esprit, j’ai décidé de la revalorisation de l’indemnité de logement allouée à tous les enseignants du pays, de 60.000 CFA à 85.000 CFA ; soit une augmentation de 25.000 CFA, dont 15.000 payables à compter du 1er octobre 2018, et 10.000 à compter du 1er janvier 2019.

De même, le traitement des professeurs et maîtres contractuels sera revalorisé à hauteur de 10.000 CFA.

Ces efforts, parmi d’autres, traduisent mon engagement ferme et constant en faveur de notre système éducatif, à tous les échelons.

 

La communauté éducative reste au cœur de mes préoccupations. Il en est ainsi parce que l’école publique est la seule garante de l’égal accès de tous les enfants, quelles que soient leurs origines sociales, à l’éducation et à la formation, donnant la chance à chacun de réaliser son rêve.

Le Gouvernement assurera le suivi permanent des engagements ainsi consentis ; et je veux faire confiance aux partenaires sociaux pour la reprise des cours et une année scolaire stabilisée.

 

S’agissant du secteur de la santé, l’Etat a également consenti un important effort portant notamment sur la création d’une indemnité de représentation médicale, et le relèvement de l’âge de départ à la retraite de 60 à 65 ans, pour les médecins.

Le Conseil supérieur de la fonction publique locale étudiera les modalités d’extension de cette mesure aux médecins employés par les collectivités territoriales.

Mes chers compatriotes, ces derniers temps, des crimes et rapts abominables ont été commis sur des enfants. Ces actes ignobles constituent une grave offense à nos valeurs et traditions.

Je renouvelle ma ferme condamnation de cette barbarie sans nom. Les Services de l’Etat restent mobilisés pour que les auteurs et complices de ces crimes abjects soient retrouvés et traduits devant la justice.

En même temps, le programme de retrait des enfants de la rue se poursuit avec vigueur.

Il en est de même des efforts de sécurisation du territoire national.

Ainsi, 16 commissariats de police seront construits en 2018-2019, dont deux à Rufisque, et les autres à Hann Mariste, Thiaroye, Keur Massar, Zac Mbao, Parcelles assainies, Yeumbeul, Diamagueune, Sicap Mbao, Nioro du Rip, Koungheul, Bignona, Vélingara, Kanel et Touba.

Le programme de modernisation des moyens opérationnels de la Brigade d’Intervention Polyvalente et de la Police technique et scientifique, sera renforcé, y compris par l’installation de vidéo-surveillance à Dakar et dans la banlieue.

Dix nouvelles brigades de gendarmerie seront construites et 3800 élèves-officiers et élèves gendarmes recrutés sur trois ans.

Enfin, 20 nouvelles casernes de Sapeurs-pompiers seront érigées dans 11 Départements, pour une meilleure protection de proximité.

Mais, au-delà de l’action publique qui incombe à l’Etat, tous, ensemble, parents, familles et communautés, nous devons assumer nos propres responsabilités de vigilance et de protection de nos enfants.

Mes chers compatriotes,

La liberté et l’indépendance que nous célébrons demain ont un prix. Les Nations les plus libres et les plus indépendantes sont celles qui construisent leur autonomie et maîtrisent leur destin par leurs propres dynamiques internes.

En héritant d’une indépendance que nos anciens ont revendiquée à leurs risques et périls, nous sommes redevables d’un legs que nous devons transmettre aux générations futures.

Notre devoir, c’est de consolider l’indépendance par le développement qui la nourrit et l’entretient. Autrement, elle devient un rêve de liberté plus désincarnée que pleinement vécue et assumée.

Nous avons, par conséquent, la responsabilité de léguer aux générations futures un pays libéré du besoin, par un effort individuel et collectif sur nous-mêmes.

C’est ce qui me motive, avec le gouvernement, à rester dans le temps du travail et de l’action, en écoutant battre tout le cœur du Sénégal ; le cœur de nos villes et de nos campagnes, afin de poursuivre sans relâche la réalisation de notre objectif commun : bâtir un Sénégal uni et prospère, dans la paix, la solidarité, l’équité et la justice sociale : le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous.

Bonsoir et bonne fête de l’indépendance, mes chers compatriotes !

Calendrier Tournee Commission Administrative …..

Calendrier tournée commission administrative chargée de la révision exceptionnelle des listes électorales en vue de l’élection présidentielle du 24 février 2019 dans centre et sud Italie

du 06 mars au 23 avril 2018

VILLE PERIODE
ROMA DU 07/03/2018 AU 14/03/2018
COSENZA 15/03/2018
LAMEZIA TERME 16/03/2018
REGGIO CALABRIA 17/03/2018
CATANIA DU 19/03/2018 AU 21/03/2018
AGRIGENTO DU 22/03/2018 AU 23/03/2018
PALERMO 24/03/2018
GROSSETO 26/03/2018
PIOMBINO 27/03/2018
LIVORNO DU 28/03/2018 AU 29/03/2018
MASSA 30/03/2018 AU 31/03/2018
PISA DU 02/04/2018 AU 03/04/2018
POGGIBONSI DU 04/04/2018 AU 05/04/2018
FIRENZE DU 06/04/2018 AU 07/04/2018
ANCONA 09/04/2018
PORTO RECANATI DU 10/04/2018 AU 11/04/2018
ASCOLI PICENO 12/04/2018
PESCARA DU 13/04/2018  AU 14/04/2018
LECCE DU 16/04/2018 AU 17/04/2018
BARI 18/04/2018
CAGLIARI DU 19/04/2018 AU 21/04/2018
SASSARI 22/04/2018
OLBIA 23/04/2018

NB : LA COMMISSION NE RECOIT PAS DE DEPOT LE DIMANCHE 11 MARS 2018

 

Conditions à remplir pour formuler une demande de carte d’identité et d’inscription sur les listes électorales

–  être âgé d’au moins 18 ans révolus à la date du dimanche du 24 février 2019;

–  jouir de ses droits civiques ;

– présenter un extrait de naissance de moins d’un an, un passeport biométrique, l’original de la carte nationale d’identité (biométrique CEDEAO ou numérisée) ou un récépissé de demande de carte d’identité délivré par un centre traditionnel d’instruction et dont la carte n’est pas encore éditée ;

– produire un certificat de résidence ou toute pièce permettant de prouver la résidence du requérant (carte consulaire, certificat de travail, contrat de location, facture d’eau, d’électricité ou de téléphone).

La Commission administrative procède à :

  • L’inscription de nouveaux électeurs : les requérants doivent avoir au moins dix-huit (18) ans révolus à la date du dimanche 24 février 2019. Cette inscription est faite sur présentation de la carte d’identité biométrique CEDEAO ou, après instruction de celle-ci, par la commission administrative. Un citoyen détenteur d’un récépissé de demande de carte d’identité biométrique délivré par un centre traditionnel d’instruction et dont la carte n’est pas encore éditée, peut également solliciter son inscription sur les listes électorales. La carte d’identité biométrique initialement demandée est alors établie avec les informations électorales recueillies.
  • La prise en charge des demandes de changement de circonscription électorale ou d’adresse électorale ; toute demande de cette nature doit être justifiée par la production de la preuve du lien de rattachement avec la circonscription ou l’adresse sollicitée.
  • L’instruction des demandes de duplicata pour cause de perte ou d’altération.

Si la demande est consécutive à :

  • Une perte ; une déclaration de perte est faite au niveau de la commission. La délivrance d’un duplicata peut être sollicitée sur la base de l’attestation délivrée par la commission à cet effet.
  • Une altération de la carte ; la nature de l’opération demandée est précisée et la carte altérée jointe.
  • La correction d’un ou de plusieurs éléments de l’état civil ; Le cas échéant, la copie littérale de l’acte de naissance est jointe à la demande.
  • Le changement de la photo intervertie ou flou ; l’original de la d’identité est alors obligatoirement jointe au dossier.
  • La prise en charge du statut des citoyens devenus militaires ou paramilitaires ou redevenus civils, conformément aux dispositions de l’article L.29 du code électoral ;
  • La radiation d’électeurs décédés, d’électeurs frappés d’incapacité du fait de la loi ou qui ne désirent plus figurer sur les listes électorales.

NB : La production d’un acte justifiant la radiation est toujours demandée en cas de décès ou de condamnation à une peine privative de droit civique.

Dans tous les cas, le demandeur doit prouver qu’il est électeur par la présentation de sa carte d’identité biométrique CEDEAO. La photocopie de la carte de l’électeur radié pour décès ou à sa demande est jointe au dossier.

Discours de fin d’année du président Macky Sall

Mes chers compatriotes,
Au seuil du nouvel an, je suis heureux de m’adresser à vous pour
vous présenter mes vœux.
Je voudrais d’abord, en pareille circonstance, prier avec vous pour
que nos chers disparus reposent en paix. Aux malades, j’adresse mes
souhaits de prompt rétablissement.
Je pense à tous ceux et à toutes celles qui, face aux épreuves de la
vie, méritent notre soutien agissant et solidaire.
Je redis notre gratitude à nos compatriotes de la diaspora pour leur
contribution inestimable à nos efforts de développement et de
solidarité nationale.
Je salue et encourage nos Forces de défense et de sécurité, engagées
sur différents théâtres d’opérations au service de la paix et de la
sécurité internationales.
A notre équipe nationale de football, je renouvelle mes chaleureuses
félicitations et mon soutien. L’Etat restera aux côtés de nos braves
Lions pour une préparation optimale sur le chemin de la Coupe du
monde de football.
Mes chers compatriotes,
L’année 2017 s’achève sous de bons auspices pour notre pays.
Grâce à nos efforts soutenus, notre économie progresse année après
année dans tous les secteurs.

Avec un taux de croissance estimé à 6,8% en 2017, et une
perspective de plus de 7% en 2018, nous enregistrons pour la 3 e
année consécutive une des meilleures performances économiques
en Afrique.
Nos performances seront encore meilleures quand l’exploitation
prochaine des ressources pétrolières et gazières de notre pays
viendra en appoint aux autres secteurs stratégiques pour amplifier la
croissance et le développement. Ces ressources feront l’objet d’une
gouvernance rigoureuse et transparente, pour le bénéfice des
générations actuelles et futures. Un projet de loi sera soumis à cet
effet à l’Assemblée nationale au cours de l’année 2018 après
concertation avec les forces vives de la Nation.
Mes chers compatriotes,
Suivant la feuille de route que je lui ai assignée, le gouvernement,
toujours à votre écoute et à votre service, restera dans le temps
utile ; le temps du travail ; le temps de l’action et du résultat.
Ce soir, j’ai surtout à cœur de vous entretenir de ce qui nous
rassemble et nous unit en tant que Nation. Au-delà de nos
convictions et choix individuels, le récit de notre histoire et la fibre
émotionnelle qui relie chacun de nous à cette histoire nous
rappellent, en effet, que nos sorts sont indéfectiblement liés.

Pour ma part, je reste disponible et ouvert à toutes et à tous, sur le
chemin qui nous mène vers notre destin commun, dans l’unité et la
paix.
Voilà pourquoi je lance, à nouveau, un appel solennel à tous nos
compatriotes du MFDC pour la consolidation de la paix.
Consolidons la paix, car nos progrès sont déjà substantiels, par le
dialogue confiant que nous avons poursuivi toutes ces années avec le
soutien constant des facilitateurs, que je salue et apprécie.
Consolidons la paix, pour que les mesures d’accompagnement déjà
initiées par le gouvernement soient confortées et produisent leur
plein effet.
Consolidons la paix, parce qu’une meilleure prise en charge des
besoins de développement, dans l’équité territoriale et la justice
sociale, s’offre à nous.
Faisons enfin le pas décisif vers la paix définitive ; une paix sans
vainqueurs, ni vaincus.

Mes chers compatriotes,
J’ai évoqué le chemin de notre destin commun. Ce chemin, nul ne
l’incarne mieux que la jeunesse de notre pays ; parce que pleine
d’espérance, d’ambition et de générosité, elle est la force vitale qui
inspire notre marche vers le Sénégal de nos rêves. Et dans le temps
long de la Nation, c’est la jeunesse d’aujourd’hui qui entretiendra
demain le legs de notre histoire partagée.

Certes, les défis sont nombreux. Le monde est devenu plus complexe,
et, à bien des égards, la compétition encore ardue et les risques
d’exposition à toutes sortes de tentations encore plus pesants.
Il n’y a pas de meilleur viatique que l’éducation et la formation de
qualité pour préparer notre jeunesse à dominer l’adversité et baliser
la voie de la réussite.
C’est l’exemple que nous donne le Lycée scientifique d’excellence de
Diourbel, dont je suis fier des premières performances ; tout comme
je suis fier du parcours de deux jeunes compatriotes ingénieurs en
aéronautique, employés à des postes stratégiques d’une grande
firme multinationale, que j’ai rencontrés il y a quelques jours.
Leur parcours, parmi tant d’autres, témoigne de la fiabilité de notre
système éducatif si nous continuons nos efforts pour que l’école
reste un espace d’émulation et d’apprentissage dans la quête de
l’excellence.
Dans cet esprit, le gouvernement entamera, dès ce mois de janvier,
une nouvelle phase d’élimination des abris provisoires avec la
construction et l’équipement de 6400 salles de classe et 4730 blocs
administratifs.
La réhabilitation des lycées Lamine Guèye, NGalandou Diouf, Blaise
Diagne, Delafosse, Parcelles Assainies Unité 13 et Abdoulaye Sadji de
Rufisque, sera poursuivie.
Sept lycées seront érigés à Ngor, Yoff, Grand Yoff, Pikine-
Dagoudane, Tivaouane Peulh, Diamniadio et Sangalkam.

L’école doit aussi poursuivre sa mutation pour qu’au moins 30% des
élèves issus du cycle fondamental soient orientés vers la formation
professionnelle et technique qualifiante aux métiers.
Avec le démarrage prochain du Projet formation-école entreprise
financé à hauteur de 5 430 000 000 FCFA, l’Etat soutiendra la
formation de 10 000 jeunes, en versant une allocation mensuelle de
40 000 F à chaque apprenant enrôlé par une entreprise durant toute
la durée de l’apprentissage.
S’agissant de l’Enseignement supérieur, 2018 verra la réception de
plusieurs projets dont :
➢ Un complexe de diverses infrastructures à l’Université Gaston
Berger de Saint-Louis ;
➢ 3 bâtiments de la Cité du Savoir à Diamniadio ;
➢ la 1ere phase de l’Université Amadou Makhtar Mbow ;
➢ 100 laboratoires entièrement équipés ;
➢ Et des équipements pour 20 espaces numériques ouverts.
Quant à l’Université du Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niasse, ses
travaux débuteront au cours du premier trimestre de l’année 2018.
Je me réjouis d’annoncer qu’en reconnaissance des efforts de notre
pays en faveur de l’école, le Partenariat Mondial pour l’Education
tiendra sa 3 e Conférence de reconstitution de fonds le 2 février
prochain à Dakar. Cette rencontre internationale est co parrainée par
le Sénégal et la France.

Il s’agira de mobiliser 3,1 milliards de dollars en vue de soutenir la
scolarisation de millions d’enfants à travers le monde pour les années
à venir.
Comme l’éducation et la formation, l’emploi des jeunes reste une
priorité nationale. C’est l’objet de la nouvelle initiative d’insertion
professionnelle dotée d’un Fonds national pour l’Entreprenariat
Rapide. Pour l’exercice 2018, 30 milliards de FCFA seront ainsi dédiés
à l’auto emploi des jeunes et des femmes, selon des procédures et
modalités simplifiées, pour accompagner et soutenir leurs projets.
Ce soir, mes chers compatriotes, je veux aussi renouveler mon
engagement aux côtés des couches sociales les plus vulnérables de
notre pays. La lutte contre les inégalités sociales reste au cœur de
mes priorités. Je me ferai toujours le devoir de mobiliser la solidarité
nationale pour aider les moins favorisés à desserrer l’étau de la
solitude face à la précarité et au besoin.
Ainsi, 40 milliards de FCFA par an seront désormais consacrés au
Programme national de Bourses de Sécurité familiale, pour porter le
nombre des bénéficiaires de trois cent mille à quatre cent mille
ménages.
Ces familles, de même que les personnes vivant avec un handicap,
titulaires de la carte d’égalité des chances, continueront de bénéficier
de la Couverture Maladie Universelle.
Avec le PUDC et le PUMA, nous poursuivrons nos efforts en faveur
des zones déshéritées de notre pays.

Au cours de l’année 2018, 251 systèmes d’adduction d’eau potable
seront livrés en milieu rural et 35.000 branchements sociaux réalisés
en milieu urbain.
En plus de sa vocation d’équité territoriale et de justice sociale, le
PUDC est devenu un catalyseur d’activités génératrices de revenus
avec des milliers d’emplois durables créés grâce à ses réalisations en
infrastructures et équipements.
Je suis heureux de constater comment les conditions de vie des
populations bénéficiaires du PUDC et du PUMA changent
radicalement pour le meilleur.
On le voit de Touba-Trankil à Ngoufatte ; de Négué Wolof à Halwar ;
de Saréliou à Saré Bamol ; de Niakhar à Dialacoro ; et de Niassanté à
Ndiosmone, entre autres localités d’un Sénégal des profondeurs trop
longtemps abandonné à lui-même et dépourvu d’un minimum de
services sociaux.
C’est en revitalisant le Sénégal des profondeurs que nous ferons
éclore tout le potentiel de notre pays.
C’est ainsi que nous mettrons fin à l’appel illusoire et dangereux de
l’émigration clandestine.
Et c’est ainsi que nous réaliserons pleinement le développement
inclusif et solidaire de notre pays : le Sénégal de tous, le Sénégal
pour tous.

Voilà pourquoi j’ai alloué 300 milliards de fcfa pour le financement
du PUDC sur quatre ans.
Parallèlement, le Programme de Modernisation des Villes, à hauteur
de 175 milliards, couvre désormais toutes les régions du pays.
Mes chers compatriotes,
Comme vous le savez, afin de conforter la vitalité démocratique de
notre pays, j’ai pris l’initiative d’une concertation sur le processus
électoral entre la majorité, l’opposition et la société civile. J’ai
désigné un facilitateur à cette fin.
Je renouvelle à toutes les parties prenantes mon appel au dialogue,
parce que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous oppose.
La Nation sénégalaise est à l’image de notre baobab géant,
multiséculaire et solidement enraciné, dont la sève nourricière irrigue
et entretient toutes les composantes.
Quant à nous, éphémères voyageurs dans le temps, nous parcourons
tout juste le bout de chemin qui nous réunit sous l’ombre apaisante
de cet arbre. Nul n’est assez fort pour prétendre s’y établir tout
seul.  Et nul n’est trop faible pour y être privé de sa place. C’est cela
le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous.
Ainsi va la Nation sénégalaise, notre abri commun. Ce qui fait notre
honneur, c’est d’entretenir, à l’image des anciens, ce qui nous unit
sous l’aile protectrice de notre grande Nation. Il y va de notre propre
bonheur et du bonheur des générations futures.

A tous et à toutes, mes chers compatriotes, j’adresse mes vœux les
meilleurs, de bonne santé, de réussite et de prospérité pour l’année
nouvelle.

Bonsoir et Déwenéti.

Aéroport international Blaise Diagne de Diass

Le chef de l’Etat a officiellement inauguré Ce Jeudi 07 decembre 2017 l’Aéroport international Blaise Diagne, en présence de ses homologues le Président du Gabon, M. Ali Bongo, le Président de la Gambie, M. Adama Barrow, le Président de Guinée-Bissau, M. José Mario Vaz, et le premier Ministre de Sao Tomé-et-Principe, Patrice Trovoada.

Ce nouvel aéroport international situè à Diass près de Dakar  est une infrastructure ultramoderne dont le pays souhaite profiter pour faire  de Dakar une plaque tournante en Afrique et un moteur de développement économique.