Auteur : admin

Le Sénégal oriental

Le Sénégal oriental

Véritable bout du monde, c’est une région marginale, très peu urbanisée. Son enclavement est dû aux faibles réseaux de communications et à son éloignement de la capitale. Mais l’amélioration du réseau routier en fait désormais une destination d’accès plus facile. C’est la seule région vallonnée du Sénégal et sa température reste toujours élevée.

Sites touristiques

Le parc NIOKOLO- KOBA, l’un des plus importants de l’Afrique de l’ouest est le principal centre d’intérêt de cette région. Cependant, avec le désenclavement de la partie méridionale du pays et un accès plus facile à la ville de Kédougou, les collines et les villages des pays Bassari méritent le détour.

LE PAYS BASSARI : il est situé au-delà des limites du parc de Niokolo-koba, à l’extrémité sud-est du Sénégal, de part et d’autre de la ville de Kédougou. Les Bassaris qui ont conservé leur mode de vie traditionnelle et leurs rites d’initiation exercent un attrait particulier pour les visiteurs.
TAMBACOUNDA : située sur la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako. La ville s’est d’abord développée autour de la gare. Pour les touristes, elle représente surtout une escale sur le chemin du Parc du Niokolo-koba, ultime sanctuaire de la faune sénégalaise.
KEDOUGOU. A l’extrême sud-est du pays, au bord du fleuve Gambie. Plus loin encore, des villages Bassari, Bédik et Coniâgui très enclavés et difficiles d’accès pour certains : Salemata, Dindefélo et sa cascade, Iwol, Ethiolo.
A l’est de Tambacounda, dans la zone de chasse : Goumbbeyel, Goudiry, Saraya.

Le Sénégal

Le Sénégal en bref

Carte d´identité

  • SUPERFICIE : 196 722 km2
  • POPULATION : 12 855 153 habitants (projection 2011)
  • CAPITALE : Dakar
  • REGIONS : Quatorze régions administratives : Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kédougou, Kaolack, Kolda, Louga, Matam, Saint Louis, Sédhiou, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor.
  • RELIGION : musulmane (90%) et chrétienne (5%)
  • PRESIDENT de la République: S.E.M. Macky SALL depuis mars 2012
  • DEVISE :  » Un Peuple – Un But – Une Foi « 
  • EMBLEME : le lion et le baobab
  • DRAPEAU : trois bandes verte, or et rouge, verticales et égales ; au centre de la bande jaune figure une étoile verte à cinq branches.
  • PRINCIPALES RESSOURCES : pêche, tourisme, agriculture, phosphates.
  • Heure : Temps universel (ex G.M.T.)
  • INDICATIF – Téléphone : 221
  • DOMAINE INTERNET : .sn

Informations utiles

Monnaie et devises

Le Sénégal fait partie de la zone de la Communauté Financière Africaine (CFA).
Le franc CFA a une parité fixe avec l´euro. (1 euro = 655,957 FCFA).
Le Sénégal fait partie de la Zone Franc caractérisée par la liberté de transfert bancaire.
Hors de cette Zone Franc, les transferts sont faits sur autorisation par des banques intermédiaires.
Chéquiers en euros et cartes bancaires vous permettront de retirer de l´argent dans la plupart des banques du Sénégal. Le taux de change des devises étrangères est déterminé par rapport à l´Euro.

Cartes de crédits et virements internationaux

Les principales cartes de crédit internationales (Visa, MasterCard, American Express, etc.) peuvent être utilisées pour régler des achats, mais aussi dans les grands hôtels, les restaurants, les agences de location de voiture et les agences de voyages.
Les cartes sont aussi utiliser pour retirer de l´argent liquide au niveau des guichets automatiques de toutes les grandes villes.
Si vous avez besoin d´un surplus d´argent, votre banque vous renseignera sur les virements de banque à banque (il existe des accords entre les banques pour de telles opérations).
Par ailleurs, les sociétés de transfert d´argent Western Union et Money Gram possèdent des représentants dans la plupart des grandes villes du pays.

Assurances

Vérifiez que vous êtes correctement assurés pour votre voyage.

Langue, us et coutumes

La langue officielle est le Français, compris par une bonne partie de la population.
Il existe six langues nationales (Wolof -la plus répandue-, Sérère, Diola, Puular, Soninké, Mandin). Les salutations sont importantes : pour ne pas vous tromper, employez les salutations arabes traditionnelles ( Assalaamou aleikoum, Waleikoum Salaam).

Décalage horaire

Le Sénégal est à l´heure GMT. Par rapport à la France :

  • 1 heure en hiver
  • 2 heures en été

Electricité

Tension : 220 V
Des prises de courant identiques à celles de France, Belgique, Suisse, Italie ou Espagne (à deux trous ronds et éventuellement un appendice mâle pour la prise terre).

Téléphone et Internet

l´indicatif du Sénégal est le 221.
Le réseau téléphonique est de très bonne qualité pour vos communications nationales ou internationales ou pour l´envoi de fax.
Trois opérateurs proposent des services de téléphonie cellulaire (abonnement ou carte).
Les cyber-cafés vous permettent de surfer sur Internet ou à consulter votre boîte aux lettres électronique dans toutes les villes.
Les tarifs vont de 200 à 500 francs CFA de l´heure.

Poste

Le service postal est fiable. Les bureaux de poste sont ouverts de 7h30 à 16h. Des services complémentaires (courrier express, transfert d´argent) sont proposés.

Jours fériés

Les jours fériés sont :
des fêtes civiles

  • le 1er janvier(fête du nouvel an),
  • le 4 avril(fête de l´Indépendance),
  • le 1er mai(fête du travail)
  • Ainsi que les fêtes musulmanes(Tamkharit, Korité, Tabaski,Maouloud ou Gamou, Magal de Touba et autres fêtes confrériques) dont les dates dépendent du calendrier musulman.
  • les fêtes chrétiennes (Noël, lundi de Pâques, Toussaint, Ascension, Pentecôte et Assomption).

Autres Fêtes civiles (jours non fériés)

  • 8 mars (Journée de la Femme)
  • 23 aout (Fête du Tirailleur sénégalais)

Taxes et pourboires

Les hôtels et campements font payer une taxe touristique de 600 F CFA, parfois incluse dans les tarifs affichés.
Dans les restaurants, il est de coutume de laisser un pourboire.

Vêtements

Vêtements légers en coton ou en toile.
Prévoir un pull-over pour les nuits fraîches(de novembre à mai) ;Espadrilles ou chaussures montantes pour la brousse.
Ne pas oublier : maillot de bain, lunettes de soleil, chapeaux de toile, huile solaire et appareils de photos.

Géographie

Le Sénégal est situé à l´extrémité Ouest du continent africain, entre la Mauritanie au Nord, le Mali à l´Est, la Guinée et la Guinée-Bissau au Sud, l´Océan Atlantique et les Iles du Cap-Vert à l´Ouest. Une enclave, la Gambie, coupe le territoire dans sa moitié Sud. Le Sénégal a une superficie de 196 722 km2 et un littoral long de plus de 700 km.

RELIEF

Le Sénégal est un pays sablonneux et plat. Le point culminant, situé à l´extrémité Sud-est (massif du Fouta Djalon), s´élève à 498 m d´altitude. Il existe plusieurs régions naturelles: la vallée du Sénégal avec ses terres basses, la zone côtière (de Saint-Louis à la Gambie), le bassin arachidier, le Sénégal oriental et la Casamance (au Sud de la Gambie).

VÉGÉTATION

La zone côtière Nord est une région de prédilection des palmiers et des cocotiers. On y trouve aussi différentes espèces de plantes herbacées et de graminées.
La zone sahélienne est celle des arbres et arbustes épineux. Le Sud de cette zone permet la croissance de l´acacia, du baobab, du bambou et du tamarinier.
La zone soudanienne abrite la savane alors que les rivières, les forêts de palmiers à huile et de fromagers foisonnent surtout en Casamance.
Le réseau hydrographique du Sénégal se compose de quatre fleuves permanents : le Sénégal (1600 km) qui prend sa source sur les pentes du Fouta-Djalon et se jette dans l´Atlantique à Saint-Louis; le Saloum qui ne devient un fleuve qu´après avoir rejoint son confluent, le Sine; la Gambie dont seul le cours supérieur est au Sénégal; la Casamance qui est navigable toute l´année jusqu´au port fluvial de Ziguinchor situé à 60 km de l´estuaire. La remontée de la Casamance est l´occasion d´une très belle excursion.

Population

Elle se compose de plusieurs ethnies dont la plus importante est le groupe Wolof qui forme 43% de la population. Puis viennent, les Sérères (14%), les Pulaars (12%), les Diolas (9%), les Mandingues (5%), les Soninkés et les Bassaris (6%).
La population étrangère non africaine est composée de Français, de Libanais et de Syriens.
Les trois quarts de la population vivent dans les villages et le reste dans les grandes agglomérations.

Climat

Le Sénégal bénéficie dans son ensemble d´un climat sec et chaud, sans excès, d´un bout à l´autre de l´année. Les pluies, assez rares et courtes se concentrent essentiellement sur la période de juillet à septembre. Le nombre d´heures d´ensoleillement est parmi les plus élevé du monde.
Le climat se divise en quatre zones:

  • La zone côtière au nord de Dakar où règne une température fraîche, du 15 novembre au 15 mai. La saison des pluies s´étend de juillet à fin septembre.
  • La zone sahélienne: climat chaud et sec. La température connaît en mai, un maximum de 40ºC. La saison des pluies y s´étend de juin à octobre.
  • La zone soudanienne: les pluies y sont beaucoup plus abondantes qu´en zone sahélienne et durent parfois deux à trois mois.
  • La zone de la Casamance: avec plus de 90 jours de pluies, la pluviométrie annuelle dépasse 1500 mm. La saison sèche se situe de janvier à mars.
  • Températures et précipitations sur le site de la Direction de la météorologie nationale: Meteo Sénégal

Météo

Météorologie au Sénégal et dans le Monde avec:
Agence Nationale de la Météorologie Sénégal Aéroport Léopold Sédar SENGHOR.
Contacts:
BP 8257 Dakar Yoff SéNéGAL
Tél: +221 33820 48 87 – 33869 53 39
Fax: +221 33820 13 27
Email: dmn@meteo-senegal.net
ou meteonat@orange.sn
Site web:www.meteo-senegal.net

Histoire

Le nom Sénégal viendrait du mot Zanaga, tribu berbère du Nord du pays. Une autre version voudrait que Sénégal provienne de Sunugal, littéralement, notre pirogue.
l´histoire des royaumes qui composaient le Sénégal s´achèvera en1898 à la fin de la conquête coloniale Française dirigée par le Gouverneur Faidherbe. Après une longue présence française le pays accède pacifiquement à l´indépendance le 20 août 1960 avec à la tête le poète Président Léopold Sédar Senghor.
Le Président Abdou Diouf, lui succédera en 1981 pour consolider les acquis et ouvrir l´ère des grandes réformes politiques ; économiques et culturelles du Sénégal des temps modernes.
En 2000, le Sénégal a connu une alternance sans violence avec l´élection de Monsieur Abdoulaye WADE comme Président de la République, succédant à Monsieur Abdou Diouf qui avait remplacé Monsieur Léopold Sédar SENGHOR.
Le Sénégal est une démocratie où règne le multipartisme.

Culture

Pays de tourisme et de découvertes, le Sénégal offre aux visiteurs un dépaysement total grâce à son patrimoine culturel riche et varié et un arrière pays qui met le touriste en contact avec l´Afrique profonde.
Le Sénégal a très tôt compris le rôle de l´art et de la culture dans le développement. Déjà sous le mandat du Premier Président Léopold Sédar Senghor, un environnement favorable était aménagé pour soutenir les artistes et faire la promotion de tous les métiers de la culture. De plus, un programme cohérent et novateur de développement des industries culturelles est initié. Il concerne le livre, la musique, le théâtre, le cinéma.
Tous les deux ans, un grand rendez-vous international est dédié à l´art et à la culture à travers la tenue à Dakar de la Biennale de l´art africain contemporain. De même la promotion internationale de mode sénégalaise est assurée sous l´impulsion de couturières et stylistes de talent.
La connaissance de la culture du pays passe aussi par la visite des galeries d´art et des musées, des sites architecturaux uniques dont certains sont placé sous la protection de l´UNESCO. C’est le cas du marché Kermel, du Ministère des Affaires étrangères, du marché Sandaga et de la Gare de Dakar. On pourra ainsi apprécier son artisanat et ses peintures sous verre, découvrir les richesses des objets d´art en faisant un tour dans les musées de Dakar et de Saint – Louis.

Artisanat

Sculptures sur ivoire ou bois divers, bijoux en or, argent et bronze (très réputés), objets de vannerie, poteries traditionnelles, maroquinerie (sac, ceinture, portefeuille etc.), cotonnades imprimées tissus de pagnes, boubous brodés, etc., constituent l´essentiel des produits de l´artisanat sénégalais. On les trouve aux marchés ou aux centres d´artisanat de Dakar (Sandaga, Kermel, Tilène et Soumbédioune) de Ziguinchor, de Saint-Louis et de Thiès où on peut visiter, en particulier, la Manufacture des Arts Décoratifs (tapisseries de Thiès).

Festivals

Des manifestations culturelles animent le Sénégal tout au long de l´année : la Biennale des Arts et Lettres, le Festival National des Arts et de la Culture, Le Festival de Jazz de Saint-Louis, …

Sports et loisirs

Certaines manifestations sportives comme la lutte traditionnelle et les régates sont très populaires et attirent beaucoup de monde.

Gastronomie

Le visiteur au Sénégal a le loisir, à côté de la cuisine internationale servie dans tous les restaurants, de déguster les spécialités succulentes d´une cuisine riche et recherchée. Il s´agit particulièrement du Thièbou Dieune (ou riz au poisson), du Yassa au poulet et au citron, du mafé dont seul le pays a l´art et le secret.
Pour en savoir plus, consultez le site du ministère de la Culture: www.culture.gouv.sn

Transport et télécommunication

PORTS

Le Port Autonome de Dakar occupe une position privilégiée sur le trafic maritime de l´Afrique de l´Ouest. En plus du trafic propre du Sénégal, il assure la desserte du Mali facilitée par la liaison ferroviaire Dakar-Bamako et se positionne de plus en plus comme le port d´éclatement de la sous-région.
A la suite de gigantesques travaux d’extension, un nouveau terminal à container y a été inauguré en novembre 2011.
Des lignes régulières de transport de marchandises sont établies entre Dakar et les principaux ports d´Afrique de l´Ouest, d´Europe de l´Ouest et du Nord, de Méditerranée occidentale, ainsi qu´avec New York, Houston, Bangkok, Hong-Kong.
Les ports de Kaolack et Ziguinchor sont également ouverts aux navires de haute mer et au trafic maritime international.

TRANSPORT AÉRIEN

Aéroports

Le Sénégal est doté de trois aéroports ouverts au trafic international : Aéroport L.S. Senghor (Dakar), Cap Skirring et Saint-Louis et de 12 autres aéroports ouverts au trafic intérieur.

Lignes intérieures

Des vols réguliers relient Dakar, Saint-Louis, Matam, Ziguinchor, Cap Skirring.

Charters

Plus de 300 vols charters sont programmés chaque année : charters touristiques pour Dakar, Cap Skirring, Saint-Louis ; charters de fret pour les produits frais à l´exportation. Il est possible, d´autre part, d´affréter des petits porteurs ou moyens courriers pour passagers ou marchandises.

ROUTES

Le Sénégal possède un réseau routier d´environ 15.000 km, dont 5.000 km de routes goudronnées, qui permettent d´atteindre aisément, à partir de Dakar, tous les chefs lieux de régions, les principaux centres de production minière, agricole, halieutique, ainsi que les centres touristiques.

CHEMIN DE FER

Le réseau ferroviaire du Sénégal comprend deux lignes principales, ouvertes au trafic de marchandises et de voyageurs :

  • Dakar – Thiès – Louga – Saint-Louis ;
  • Dakar – Thiès – Diourbel – Tambacounda – Bamako, avec un embranchement vers Kaolack. Cette ligne assure le trafic international avec le Mali.

Le chemin de fer permet l´acheminement des produits miniers et des carburants. Il assure aussi une partie du transport des produits agricoles.

TÉLÉCOMMUNICATION

Le réseau téléphonique sénégalais est l´un des plus développé d´Afrique. Les infrastructures disponibles dans ce domaine offrent la possibilité aux usagers d´entrer en relations téléphoniques avec 70 % des abonnés téléphoniques du monde. En effet, le Sénégal dispose d´une station terrienne de télécommunication par satellite, d´un centre de câbles sous-marins totalisant plus de 5.000 circuits téléphoniques, d´un centre de télex international, de deux centres émetteurs et d´un système par ondes décamétriques.

Des programmes importants sont engagés pour la modernisation permanente des infrastructures de télécommunication, de façon à faire bénéficier les abonnés du développement des services offerts à l´échelle mondiale. Les abonnées au téléphone ont accès à un ensemble de services spécialisés, notamment la consultation de banques de données nationales et internationales.
Trois opérateurs agrées offrent des services de téléphonie cellulaire, dont le marché connait une très forte croissance.
Les services d´accès à Internet sont également de très bonne qualité. Il existe une dizaine de fournisseurs d´accès.

Le Delta du Saloum

Le Delta du Saloum

D’une superficie d’environ 180 000 hectares, le Sine Saloum est une zone constituée de mangroves, de Lagunes, de forêt et de cordon sableux traversé par des fleuves Sine et Saloum. Le Delta du Saloum, situé au sud de la petite côte, est l’un des plus beaux sites du Sénégal.

Sites touristiques

TOUBACOUTA, FOUNDIOUGNE, NIODIOR, DIONEWAR, ET NDANGANE : ce sont les îles du Saloum, avec leur cachet particulier fait d’îlots, de voies aquatiques empruntées par les pirogues à pagaies ou à moteur. La découverte de ces îles est un plaisir.
Cette région de mangroves, devenue parc national en 1978, est en plein essor touristique. Le delta où se mêlent les fleuves Sine et Saloum, est un véritable regroupement d’îles et de bolongs bordés de palétuviers. Au crépuscule des milliers d’oiseaux viennent y chercher un abri pour la nuit.

ILES ET VILLAGES

  • Palmarin, autrefois comptoir d’esclaves des navigateurs portugais et Djiffer, sur la pointe de Sangomar, étroite bande de terre séparant l’océan atlantique du Saloum.
  • Les îles de Dionewar et de Niodor, au coeur de ce petit monde paradisiaque.
  • L’île de Niominka, posée dans le delta à des heures de pirogue.
  • Ndangane, porte du saloum, paradis des pêcheurs.
  • Nioro-du-rip, près de laquelle un important site archéologique a été découvert
  • Foundioune, petit village que l’on atteint par un bac à partir de Fatick,offre de belles possibilités de pêche et de promenade en brousse.
  • Sokone, Toubacouta, Missirah, où se mêlent forêts et mangroves.

© 2012 – Design by SPECICOM. Ambassade de la République du Sénégal – Avenue Franklin Roosevelt 196 – 1050 Bruxelles – Tél: + 32 2 673 00 97

La Petite Côte

La Petite Côte s’étend de la limite du Cap-Vert à la pointe de Sangomar. Ses plages de sable fin et clair se prêtent à souhait à une gamme de loisirs balnéaires. C’est dans cette zone qu’est implanté Saly, la « station soleil » du Sénégal qui présente plusieurs établissements hôteliers.
Un long ruban de plage ponctué de village de pêcheurs avec, en arrière plan la brousse et ses baobabs, une mer calme et un soleil omniprésent font de cette région un lieu idyllique pour les vacances.

LES PRINCIPAUX POLES D’ATTRACTION

YENE ET TOUBAB DIALAW : petits villages situés sur une falaise surplombant la mer.
POPOGUINE : lieu de pèlerinage de la Pentecôte.
Réserve privée de BANDIA : de nombreux animaux dans une magnifique forêt de baobabs.
La SOMONE, à l’embouchure de la rivière du même nom. L’estuaire, bordé de palétuviers est un mini réserve ornithologique. Hérons et pélicans viennent nicher dans ce petit coin de nature vierge.
NGAPAROU, petit village de pêcheurs au charme africain, que côtoient de nombreuses résidences secondaires.
SALY PORTUDAL : station balnéaire de renommée mondiale. A 80 Km au sud de Dakar, par la route, « la Station soleil » est bâtie sur quelques six cent hectares de verdure parsemés d’hôtels, de villages de vacances, de résidences, d’un golf de niveau international et d’un petit aérodrome privé. Saly est le point de départ de nombreuses et passionnantes excursions pour découvrir le Sénégal dans sa riche diversité à Mbour, Jaol et fadiouth, aux Îles du Saloum, au lac Rose, en Casamance, etc …
MBOUR : le plus grand port de pêche du pays. Son marché est une véritable caverne d’Ali Baba.
WARANG ET NIANING : deux petits centres balnéaires.
La pointe SARENE et MBODIENE, au bord de la lagune.
JOAL à 150 km de Dakar s’étend entre la mer et la mangrove. Découverte par les portugais au 15è siècle Joal fut autrefois une grande esclavagerie.
FADIOUTH île artificielle de 500 m de diamètre, constituée par des milliers de coquillages. Elle est reliée à Joal par une longue passerelle de bois.

Hébergement

Zone de prédilection du tourisme de loisirs, la petite côte regroupe différentes unités hôtelières, des clubs de vacances, des campements aux auberges en passant par les résidences secondaires.

La Casamance

Réputée pour la beauté de ses paysages, l’originalité de son architecture, la diversité de ses ethnies et la richesse de son FLOKLORE, la CASAMANCE étale ses belles plages de sable fin de la Gambie au Cap Skirring.
Traversée sur toute sa longueur par le fleuve qui lui a donné son nom et dont les « bolongs », véritables bras de mer, hachurent ses rizières, la Casamance offre la richesse de la mosaïque perpétuellement renouvelée de ses paysages (savane, cocoteraies, forêts…) et de ses populations aux traditions bien conservées.
ZIGUINCHOR, considéré comme la ville la plus « africaine » du Sénégal, compte plus de 100 000 habitants. Située sur la rive sud de l’estuaire du fleuve Casamance, c’est le principal point d’accès de la région. Escale pour les négriers portugais au 16ème siècle, la ville conserve encore ses longues maisons basses à colonnades qui évoquent l’ambiance des comptoirs coloniaux.
La CASAMANCE est un fleuve de 300 km de long bordé de rizières de palmeraies de forets. La Casamance c’est le pays des Diolas. Paysans et grands cultivateurs de riz ils restent fortement fidèles à la religion ancestrale avec leurs grandes fêtes traditionnelles d’initiation.

LES SITES TOURISTIQUES

Ziguinchor, escale pour les négriers portugais au 16è siècle est aujourd’hui le chef lieu de la Casamance. La vielle ville avec ses bâtiments coloniaux permet encore aujourd’hui de s’imaginer les fastes d’antan.
A une dizaine de kilomètres au sud de Ziguinchor vous pouvez découvrir les villages d’Enampore et de Séléki, caractéristiques pour leurs cases à impluvium, qui sert autant à récupérer l’eau de pluie qu’à faire entrer la lumière. Le village de Mlomp, entre Oussouye et Elinkine, possède des cases en étage bâties en torchie et un très vieux fromager sacré.
L’ILE DE KARABANE, anciennement capitale de la région. Au milieu des ruines il reste une église bretonne. Très beau plan d’eau et des plages paradisiaques.
CAP-SKIRRING, tout au sud et une station balnéaire très prisée dotée d’un aérodrome. De grands complexes hôteliers touristiques sur 5 km de plages magnifiques bordées de cocotiers.
Un peu plus loin le village de Djiembéring. Au nord de Ziguinchor, plusieurs villages au coeur de la forêt qui abritent des campements villageois et des hôtels : Bignona, Thionk-Essil, Affiliam, Koumbalan …

Hébergement

On y trouve des hôtels, mais aussi et surtout de grands établissements construits dans le style du village hôtel qui sont très beaux avec leurs imposants bungalows à toiture en paille. On peut aussi loger dans des campements villageois.

© 2012 – Design by SPECICOM. Ambassade de la République du Sénégal – Avenue Franklin Roosevelt 196 – 1050 Bruxelles – Tél: + 32 2 673 00 97

Saint-Louis et la vallée du Fleuve

Située au nord ouest du Sénégal, à 270 km de Dakar, la région de Saint-Louis bénéficie d’un environnement physique exceptionnel et diversifié.

Géographie

Baignée par les eaux de l’océan, du fleuve Sénégal et du lac le plus important du pays, le lac de Guiers, la région est dans l’ensemble plate et peu élevée avec quelques dunes vives plantées ça et là mais elle présente des paysages très variés :

  • le delta et ses marges entre Saint-Louis et Dagana, zone très basse à faible pente où de nombreux méandres divaguent alimentant marigots et cuvettes ;
  • la moyenne vallée où le lit du fleuve s’encaisse de plus en plus ;
  • des sols couverts d’une savane clairsemée avec une forte présence d’acacias. Le climat fait alterner une longue saison sèche d’octobre à juillet et un court hivernage. A noter que sur la côte, Saint-Louis et ses environs, les températures sont modérées toute l’année du fait de l’influence adoucissante de l’océan.

Population

La région de Saint-Louis constitue un lieu privilégié de convergence de peuples nombreux et divers : Wolofs, Peuls et Maures dans le Delta, Toucouleurs et Peuls dans la Moyenne Vallée.
En 2001, la population avait été estimée à 914.735 habitants avec un taux de croissance annuel de 2,7%.

Histoire

Plus ancienne zone de peuplement du Sénégal, la région de Saint-Louis a connu une évolution historique mouvementée jalonnée par quelques temps forts que sont :

  • la constitution du puissant royaume du Tékrour au XIème siècle, riche de par son commerce d’esclaves, d’or et de sel, et par lequel l’Islam va pénétrer cette sous-région de l’Afrique Noire ;
  • une longue période de sujétion aux grands empires du Soudan Occidental, Ghana d’abord, Mali ensuite ;
  • l’apparition à partir du XVème siècle de royaumes sénégalais autonomes, Fouta Toro dans la Moyenne Vallée, Walo dans le Delta ;
  • l’établissement des Européens sur la côte au XVIIème siècle, en détournant le commerce transsaharien au profit du trafic atlantique, ouvrant l’ère des « compagnies », de la traite de la gomme, des escales et forts sur le fleuve. Le comptoir installé sur l’île Saint-Louis, en 1659, devient la première place forte européenne en Afrique de l’Ouest, base de départ des expéditions vers l’intérieur du pays, puis entrepôt de la traite. En 1854, Faidherbe, Gouverneur du Sénégal, décide de conquérir la Vallée et de soumettre ses populations. Le projet est fortement contesté par les chefs locaux particulièrement El Hadj Omar qui appelle à la guerre sainte contre les Français. Finalement toutes les résistances et révoltes sont écrasées et à partir de 1890, la « pacification » est quasi complète. Les comptoirs fluviaux deviennent de véritables villes escales protégées par d’imposantes fortifications : Dagana, Podor, Matam. L’arrivée du chemin de fer de Dakar en 1885 marque l’apogée commerciale de la ville de Saint-Louis, lieu privilégié de l’empire colonial français. La création de l’AOF en 1895 fait de Saint-Louis sa capitale jusqu’en 1902.

Principaux sites touristiques

L’île de Saint-Louis, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité : Première capitale de l’Afrique Occidentale Française, l’histoire de Saint-Louis se confond avec celle de la colonisation. Considérée comme la vitrine de la France en Afrique, elle fut érigée commune de plein exercice et jouissait ainsi d’un statut particulier. Aujourd’hui, cette cité magique a hérité d’un patrimoine architectural unique : ses maisons ornées de balcons de bois ouvragé, le palais de la gouvernance dont l’architecture rappelle qu’il fut un fort, la très symbolique place Faidherbe ainsi que le pont métallique du même nom, l’ancien conseil colonial, l’hôtel de ville et la maison des sœurs en sont de parfaites illustrations.

Makhana – « L’usine des eaux » . La station de pompage des eaux de Makhana, vieille de plus d’un siècle, conserve encore les plus anciennes machines à vapeur d’Afrique. Ces installations, véritables prouesses technologiques à l’époque, avaient pour objectif d’approvisionner Saint-Louis en eau douce tout au long des sept mois que durait la décrue et pendant lesquels l’île ne pouvait disposer que d’eau saumâtre en raison de la remontée de l’eau salée. L’usine de Makhana entra en activité en 1885 et fonctionna pendant 67 ans sans aucune avarie jusqu’à son arrêt définitif en 1952.

Les parcs et les réserves
Le parc national des oiseaux du Djoudj : Situé à 60 kilomètres de Saint-Louis, le Djoudj, première zone humide d’importance au sud du Sahara, s’étend sur 16.000 hectares de lacs, de marigots et de terre. Troisième parc ornithologique du monde et classé patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1981, le Djoudj, accueille jusqu’à 370 espèces d’oiseaux : pélicans, flamants roses, chevaliers combattants, sarcelles, spatules, aigrettes, dendrocygnes, hérons, cigognes, grues, etc. Ainsi, de novembre à avril, plus de 3 millions d’oiseaux migrateurs d’Europe du Nord et de l’Afrique de l’Ouest y sont dénombrés. Une vingtaine d’espèces de mammifères peuple aussi le Djoudj : phacochères, hyènes, singes, gazelles dorcas, crocodiles, varans du Nil, etc.
Le parc national de la Langue de Barbarie et la réserve spéciale de faune de Guembeul : Véritable refuge pour les oiseaux et les tortues de mer, la Langue de Barbarie s’étire de Saint-Louis à l’embouchure du fleuve Sénégal dans un cordon bordé d’immenses plages de sable fin d’une beauté rare. Les principales espèces : des mouettes à tête grise, des goélands railleurs, des sternes caspiennes et royales, des aigrettes et des garzettes, en font un lieu de grande curiosité. A l’embouchure, à quelques kilomètres de l’îlot de reproduction des oiseaux, les eaux du fleuve et de l’océan se muent en un ballet magique. A mi-parcours vers le parc, la réserve de Guembeul présente des gazelles, oryx et tortues terrestres qui sont en élevage pour un repeuplement saharo-sahélien.
La Vallée du fleuve : lieu de rencontre et de métissage, le fleuve Sénégal voit se développer autour de sa vallée des ethnies, des activités, des cultures mais aussi des paysages différents. Des zones agricoles inondables du Walo aux zones d’élevage plutôt sèches du Diéri, se succèdent des villages peuls, wolof et même maures dans toutes leurs spécificités architecturales et culturelles.
Dans la zone Toucouleur (Podor, Matam), les mosquées omariennes, construites en argile dans le style soudanais, remontent au 18ème siècle. Au milieu de ces villages isolés les uns des autres, on découvre d’anciens forts et comptoirs de traite sur les quais de Dagana, Podor, Matam. Une longue tradition agricole est attestée à Richard-Toll (à 110 km de Saint-Louis) où subsistent les restes d’un jardin d’acclimatation de plantes, importées dès 1822 et d’un château à la façade monumentale connu sous le nom de la « Folie du Baron Roger », ancien gouverneur et initiateur du projet.

Principaux produits touristiques

Balnéaire : Pratiqué sur la Langue de Barbarie
Chasse : Au niveau du Delta.
Ecotourisme, nature, découverte :

  • Le Djoudj, parc naturel d’intérêt mondial : Il est ouvert de novembre à mai.
  • Le parc national de la Langue de Barbarie et la réserve spéciale de faune de Guembeul : Ils sont ouverts toute l’année et la visite des deux parcs sont d’habitude combinée.
  • La mangrove : Au sud de Saint-Louis, à une quinzaine de kilomètres de l’embouchure du fleuve Sénégal, une balade en pirogue permet de découvrir une formation végétale d’une beauté exceptionnelle : la mangrove. Lieu de reproduction de plusieurs espèces d’oiseaux, de poissons et de crevettes, ces îlots de palétuviers sont d’un grand intérêt écologique. Elle se visite toute l’année.
  • La broussarde : La découverte de la région environnante, le long du fleuve et aux portes du Sahara, amène le voyageur vers des villages de brousse toujours hospitaliers. De Makhana à Rosso Sénégal en passant par le barrage de Diama, cultures et traditions sont au rendez-vous : artisanat local, traditions maures et peules, ancienne usine à vapeur de Makhana, pêche artisanale, ouvrages du barrage, rizières, etc.
  • Le tour du lac de Guiers : C’est une boucle de près de 250 km à parcourir autour d’un paysage essentiellement composé d’acacias et de baobabs où les populations peuls et wolof pratiquent des activités diverses. D’immenses troupeaux de zébus autour de points d’eau rappellent qu’on est dans une des plus grandes zones pastorales du Sénégal. Le marché hebdomadaire du samedi à Keur Momar Sarr présente une affluence de commerçants, de clients, de produits variés et une animation des plus colorées.

Evénementiel

  • Le Festival de Jazz : en mai
  • Les régates : septembre ou octobre
  • 1, 2, 3, Musiques : week-end de la Toussaint
  • Le Fanal : dernière semaine de décembre.

Circuits découverte patrimoine

  • Saint-Louis, ville d’art et d’histoire. Des panneaux numérotés de 1 à 31 racontent l’histoire de la ville de Saint-Louis, son architecture et son art de vivre. Le circuit de découverte urbain, qui démarre à partir de la gouvernance, permet notamment de découvrir les maisons et infrastructures de commerce, la mosquée historique et la zone militaire dans la partie Nord de l’Ile. Dans la partie Sud, l’accent est mis sur l’architecture privée (maisons hautes et basses) et les bâtisses d’époque coloniale (conseil, écoles, etc.). Sur le continent, la gare de Saint-Louis, l’Ecole des Otages et le Jardin d’Essai méritent également une visite.
  • Dagana et Richard-Toll, entre Diéri et Walo. Richard-Toll : la “folie” du Baron Roger (panneau n°33) : Cette construction est la résidence édifiée aux abords de Richard-Toll par le Baron Roger, premier Gouverneur civil du Sénégal de 1822 à 1827, dont le nom est lié à la politique de mise en valeur agricole commencée par le Gouverneur Schmaltz. Ce vaste bâtiment à étages construit au milieu d’un parc rappelle par son style certains châteaux (“folies”) du 18ème siècle en Europe. Richard-Toll est avant tout le témoin de l’évolution des pratiques agricoles au Sénégal commencées avec le jardin d’essai de Richard, ancien directeur de l’agriculture, qui a laissé son nom à la ville. Aujourd’hui, la ville vit au rythme de la Compagnie Sucrière Sénégalaise qui, depuis 1967, a multiplié la production de canne à sucre et constitue la principale industrie de la ville.
  • Rosso, ville frontière : La ville de Rosso Sénégal, reliée par un bac à sa jumelle de l’autre rive, Rosso Mauritanie, ouvre la porte sur le désert mauritanien avec son embarcadère où affluent voyageurs et marchands.
  • Dagana, ville escale : le fort et les quais (panneaux n°34 et 35) : L’importance de Dagana en tant qu’escale découlait principalement de sa situation à l’endroit où le fleuve, du fait du resserrement de son lit, facilitait la traversée des caravanes le long de l’axe de transhumance Nord-Sud du lac Rkiz vers le Djolof. Afin d’assurer la protection du commerce sans cesse menacé par les razzias, un fort a été construit à Dagana vers les années 1820. A côté, des maisons de commerce du 19ème siècle, alignées le long du fleuve, donnent un caractère imposant et urbanisé à ce quartier de l’escale.
  • Podor – Le fort et les quais (panneaux n°36 et 37) : Le premier fort de Podor fut créé en 1744 par Pierre Barthélémy David. Occupé par les anglais de 1758 à 1783, il est repris par les français puis abandonné en 1788, en mauvais état. Restauré en 1854 par le Capitaine de génie Faidherbe, futur gouverneur du Sénégal, le fort joua un rôle prépondérant dans l’établissement et le maintien de l’hégémonie française sur le fleuve Sénégal et en pays toucouleur. Un peu plus loin, le quartier de l’escale est constitué d’une enfilade de maisons trapues à deux niveaux faisant face au fleuve avec une double entrée : sur le quai face à la Mauritanie et sur la rue commerçante. En 1859, les maisons de commerce Guillaume Foy, Teisseire, Singer, Maurel, Devès, …, y étaient installées et pratiquaient essentiellement un commerce de troc dont la pièce maîtresse était la gomme.
  • Ile à Morphil – Le souvenir d’El Hadj Omar (panneaux n°38 à 42) : Issu d’une modeste famille du village d’Alwar dans l’île à Morphil, El Hadj Omar forma un empire qui s’étendait de Tombouctou au Fouta-Djalon. Il opposa une longue résistance à la conquête coloniale avant de disparaître dans les falaises de Déguembéré, au Mali. Non loin de sa maison natale, la mosquée d’Alwar, construite vers la deuxième moitié du 19ème siècle, est considérée comme la plus ancienne du Fouta. De style soudanais, avec des murs faits de briques de terre séchée et recouverts d’un crépis de ce même matériau, c’est la mosquée où venait prier El Hadj Omar, d’où le nom générique de “mosquée omarienne”. D’autres mosquées du même type se trouvent dans les villages environnants de Donaye, Guédé et Mboyo.
  • Médina Ouro-Mahdyou – Le mausolée (panneau n°43) : ce petit édifice, construit en 1926, avec ses bois et ses céramiques d’inspiration arabe, est le mausolée de Cheikh Amadou Mahdyou, défenseur acharné face à la conquête coloniale.

La Section Consulaire

Placée sous l’autorité de l’Ambassadeur, la Section consulaire de l’Ambassade de la République du Sénégal près le Quirinal à Rome couvre principalement les régions du Centre et du Sud de l’Italie (Abruzzes, Basilicate, Calabre, Latium, Marches, Molise, Pouilles, Sardaigne, Sicile, Toscane, Ombrie) et les autres pays  relevant de la juridiction de l’Ambassade notamment Saint Marin, Malte, La Grèce, l’Albanie, Chypre, la Bosnie-Herzégovine, La Macédoine, la Croatie, la Bulgarie, la Slovénie. Le Consulat Général du Sénégal à Milan se concentre, en effet,  sur les régions du nord de l’Italie. La Région de Campanie relève de la compétence de notre Consulat à Naples.

La Section consulaire est responsable de la communauté Sénégalaise qu’elle administre et protège suivant la législation et la réglementation sénégalaise, dans la limite et le respect de la législation locale.

En sa qualité de représentant des différentes administrations sénégalaises,  la Section consulaire exerce les fonctions ci-après :

–     enregistrer les Sénégalais résidant dans sa circonscription : l’immatriculation consulaire ;

–     établir les actes d’état-civil et les documents consulaires, sous l’autorité de l’Ambassadeur, Officier d’état-civil ;

  • délivrer  des titres de voyage (passeport, sauf-conduit), des cartes nationales d’identité aux ressortissants sénégalais, en rapport avec le Consulat Général à Milan qui abrite le Centre de production des passeports biométriques et cartes nationales d’identité ;
  • assure la protection consulaire en cas d’arrestation, d’incarcération, d’accident grave, de maladie ou de décès de nos compatriotes ;
  • organiser les élections nationales (présidentielles, législatives et référendaires) ;
  • délivrer des visas (courtoisie, ordinaire) aux fonctionnaires internationaux et ressortissants étrangers qui souhaitent se rendre au Sénégal.

NB : Le Service consulaire est ouvert au public du lundi au jeudi, de 09h00 à 13h30.

DOCUMENTS CONSULAIRES

Pour se faire délivrer un document consulaire, les compatriotes sont tenus de présenter les pièces requises.

Immatriculation consulaire.

Elle s’adresse aux compatriotes qui ont leur résidence située dans la circonscription consulaire de l’Ambassade.

Les intéressés doivent, pour se faire immatriculer à l’Ambassade, prouver qu’ils possèdent la nationalité sénégalaise et présenter les pièces ci-après :

  • Certificat de nationalité, carte nationale d’identité ou passeport national sénégalais ;
  • Deux (02) photos
  • Fiche d’Immatriculation (fournie par l’Ambassade) dument remplie et signée par le requérant ;
  • Timbre fiscale de 2000 F cfa soit 3.10 euro ;
  • Autorisation parentale pour les mineurs.

L’immatriculation donne droit à la carte d’identité consulaire.

 L’Etat civil

L’Etat civil revêt une importance capitale car aux termes de l’article 29 du Code de la Famille «  L’état des personnes n’est établi et ne peut être prouvé que par les actes de l’état civil ».

Transcription

Tout enfant né en Italie de parent sénégalais doit, après avoir été déclaré à la Mairie de naissance, faire l’objet d’une nouvelle inscription sur les registres d’Etat Civil de l’Ambassade. C’est l’opération de transcription qui donne droit à la délivrance d’un acte d’Etat Civil sénégalais.

La même règle s’applique aux actes de mariage et de décès.

La transcription des actes de naissances, de mariage et de décès se fait à l’Ambassade sur  présentation par l’intéressé des pièces ci-après :

  • Deux originaux de l’acte de naissance italien qui porte le nom des parents, assortis d’une copie d’un document d’identité sénégalaise (carte nationale d’identité ou passeport) d’un des parents (le père ou la mère) pour la transcription des actes de naissance ;
  • Deux originaux de l’acte de mariage italien accompagnés de pièces d’identité des deux conjoints (un document d’identité sénégalaise sera exigé au conjoint sénégalais) pour la transcription des actes de mariage ;
  • L’acte de décès délivré par les Autorités italiennes, assorti du document d’identité sénégalaise du défunt pour la transcription des actes de décès.

Certificat de coutume ou  capacité à mariage ( Nulla Osta pour mariage)

Pour obtenir un certificat de coutume ou de capacité à mariage, l’intéressé doit fournir les pièces suivantes :

  • Un extrait de naissance datant de moins trois mois avec la mention « délivré en vue du mariage » ;
  • Un certificat de célibat ou de non remariage de moins de trois mois délivré par la Commune de naissance ;
  • Les documents d’identité des deux futurs époux ;
  • Un justificatif de domicile.

Laissez-passer mortuaire ( Nulla Osta décès)

La délivrance du laissez-passer mortuaire requiert la présentation des pièces suivantes :

  • L’Acte de décès italien ;
  • Document d’identité sénégalaise du défunt ;
  • Lettre de l’Agence des pompes funèbres chargée du transfert de la dépouille, qui fournit les pièces précitées en précisant l’itinéraire du transport du corps jusqu’à destination.

Sauf-conduit

Le sauf-conduit est un document de voyage délivré à une personne dépourvue de passeport en vue de lui permettre de retourner au Sénégal.

Il est établi sur présentation des documents suivants :

  • Un document justifiant la demande du sauf-conduit : certificat de perte, passeport expiré ;
  • Un document d’identité sénégalaise : carte nationale d’identité, passeport ;
  • Titre de voyage (par avion) ou réservation ;
  • Un extrait de naissance (moins de trois mois), complété par une autorisation parentale signée par le père et légalisée, en ce qui concerne les mineurs ;
  • Formulaire (fourni par l’Ambassade) dûment rempli et signé par le requérant ;
  • Timbre fiscale de 2000 f cfa soit 3.10 euro.

Le sauf-conduit a une de validité d’un mois et est établi pour un voyage aller simple vers le Sénégal.

Attestation d’identité :

  • Une photo ;
  • Un document d’identité sénégalaise assorti d’un extrait de naissance ;
  • Un extrait de naissance s’il s’agit d’un mineur

Certificat de concordance :

  • Les deux pièces qui font litige ;
  • Un document d’identité sénégalaise (passeport ou carte nationale d’identité) ;
  • Une photo

Certificat de vie collective :

  • Livret de famille ou extraits des actes de naissance de moins de 3 mois membres de la famille
  • Document d’identité sénégalaise du chef de famille (passeport, CNI).

Certificat de vie individuelle :

  • Présence physique de l’intéressé
  • Document d’identité sénégalaise

Certificat d’indigence :

  • Déclaration sur l’honneur par laquelle l’intéressé atteste qu’il n’a pas de revenus ni n’est propriétaire de biens au Sénégal
  • Lettre d’Avocat
  • Document d’identité sénégalaise.

Légalisation de traduction :

  • La traduction portant les coordonnées du traducteur, complétée par l’original du document traduit ou à traduire (certains documents notamment les diplômes doivent être authentifiés au Ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur)
  • Document d’identité sénégalaise

Autorisation parentale

  • Formulaire dument rempli et signé par le père ;
  • Un document d’identité sénégalaise du père complété par une pièce d’identification de l’enfant (extrait de naissance, carte nationale d’identité sénégalaise)

Procuration simple:

  • Présentation du document à légaliser complété par les pièces visées dans la procuration (Preuve du compte bancaire, carte grise, preuve de propriété immobilière…) ;
  • Documents d’identité sénégalaise des intéressés.

Certificat de déménagement

Le certificat de déménagement est un document qui affranchit son détenteur du paiement à la douane sénégalaise de tous droits et taxes sur les biens et effets qui y sont listés. Il est délivré aux compatriotes, titulaires de la carte d’identité consulaire qui souhaitent rentrer définitivement au Sénégal. Ainsi, L’émigré sénégalais devra remplir ces critères pour en bénéficier :

  • Restitution de la carte consulaire datant au moins de six moins ;
  • Listing des effets personnels, exclusivement, à usage domestique (y sont exclus le matériel et mobilier de bureau, le matériel d’entreprise, les machines à outils, les véhicules)
  • Déclaration sur l’honneur (fournie par l’Ambassade) par laquelle le requérant s’engage à respecter la condition selon laquelle ses effets personnels ne pourront être cédés à titre gratuit ou onéreux pendant un délai de trois (3) ans à compter de son entrée sur le territoire sénégalais.

Passeport biométrique :

L’Ambassade dispose d’une valise mobile destinée à l’enrôlement des demandes de passeports biométriques. Cependant, le Centre de production des passeports se trouve au Consulat Général du Sénégal à Milan.

Les compatriotes qui souhaitent effectuer une demande de passeport ou de renouvellement à l’Ambassade devront présenter :

  • L’original de la carte nationale d’identité et une copie de celle-ci lorsqu’il s’agit d’une demande d’établissement ;
  • Les originaux de la carte nationale d’identité et du passeport expiré ou qui va expirer dans les six mois et les copies de ceux-ci lorsqu’il s’agit d’une demande de renouvellement.
  • Un extrait de naissance sénégalais (moins de trois mois) et une immatriculation (numéro d’identification nationale) délivrée par le Ministère de l’Intérieur complétée par une autorisation parentale lorsqu’il s’agit d’un mineur (moins de cinq ans)

L’immatriculation est l’opération suivant laquelle Le Ministère de l’Intérieur attribue un numéro d’identification nationale (NIN) à un mineur.

Pour effectuer une demande d’immatriculation en faveur de son enfant de moins de 5 ans, le père doit fournir les documents ci-après :

  • Sa pièce d’identité sénégalaise ;
  • Un extrait de naissance sénégalais de l’enfant (moins de trois mois) ;
  • Une autorisation parentale légalisée du père assorti d’une copie d’un document d’identité sénégalaise de la mère lorsque celui-ci est de nationalité étrangère.

L’immatriculation est exclusivement réservée aux enfants de moins de 5 ans.

Carte nationale d’identité sénégalaise

La demande de carte nationale d’identité sénégalaise requiert la présence physique du requérant et s’effectue au Consulat Général du Sénégal à Milan, sis à Viale Certosa, 187, 20151, Pour faire la requête, il faudra présenter les pièces exigées au Consulat Général :

  • Un extrait de naissance de moins d’un an complété par une autorisation parentale s’il s’agit d’un enfant mineur ;
  • Une ancienne CNI assortie d’un extrait de naissance de moins d’un an ou
  • Un passeport accompagné d’un extrait de naissance de moins d’un an.

La carte nationale d’identité est obligatoire à partir de 15 ans. Elle est délivrée aussi aux enfants de plus de cinq ans.

 Visa

Depuis le 1er mai 2015, les ressortissants de l’Union européenne sont dispensés du visa d’entrée au Sénégal pour un séjour ne dépassant pas trois mois. Cependant, ils sont admis à pénétrer sur le territoire sénégalais sur présentation :

– d’un passeport en cours de validité ;

– d’un billet aller-retour, d’une garantie de rapatriement ;

– des certificats internationaux de vaccination exigés par les règlements sanitaires.

Les ressortissants des pays limitrophes du Sénégal et ceux de la CEDEAO sont également dispensés du visa d’entrée au Sénégal (Link : http://www.sec.gouv.sn/Entree-au-Senegal.html).

Toutefois, les ressortissants des pays de la catégorie C et les réfugiés ont besoin de visa dont la demande de visa d’entrée requiert les conditions suivantes:
-la présence physique du requérant, muni de son passeport d’une validité d’au moins  06 mois (+copies des 5 premières pages) et d’une photo (format carte d’identité) ainsi que d’un permis de séjour en Italie;
– la présentation du formulaire ( voir formulaires) dûment rempli et signé par l’intéressé;
– la présentation d’une invitation (légalisée par un officier public) portant les coordonnées et l’adresse précise au Sénégal de l’invitant ou d’une réservation d’hôtel.

Après le dépôt de la demande, l’Ambassade va saisir les Autorités sénégalaises compétentes pour approbation. C’est à la suite de leur accord que la Mission diplomatique pourra délivrer le visa.

Pour obtenir de plus amples informations relatives au visa (dispense, condition de délivrance, liste des pays de la catégorie C), bien vouloir contacter le Service consulaire de l’Ambassade aux cordonnées téléphoniques suivantes : 066872353 ; 066872381; 066865212

VOIR : La Convention de vienne sur les relations consulaires

La Section consulaire

Placée sous l’autorité de l’Ambassadeur, la Section consulaire de l’Ambassade de la République du Sénégal près le Quirinal à Rome couvre principalement les régions du Centre et du Sud de l’Italie (Abruzzes, Basilicate, Calabre, Latium, Marches, Molise, Pouilles, Sardaigne, Sicile, Toscane, Ombrie) et les autres pays relevant de la juridiction de l’Ambassade notamment Saint Marin, Malte, La Grèce, l’Albanie, Chypre, la Bosnie Herzégovine, La Macédoine, la Croatie, la Bulgarie, la Slovénie. Le Consulat Général du Sénégal à Milan se concentre, en effet, sur les régions du nord de l’Italie. La Région de Campanie relève de la compétence de notre Consulat à Naples. La Section consulaire est responsable de la communauté Sénégalaise qu’elle administre et protège suivant la législation et la réglementation sénégalaise, dans la limite et le respect de la législation locale. En sa qualité de représentant des différentes administrations sénégalaises, la Section consulaire exerce les fonctions ci-après :

  • enregistrer les Sénégalais résidant dans sa circonscription : l’immatriculation consulaire ;
  • établir les actes d’état-civil et les documents consulaires, sous l’autorité de l’Ambassadeur, Officier d’état-civil ;
  • délivrer des titres de voyage (passeport, sauf-conduit), des cartes nationales d’identité aux ressortissants sénégalais, en rapport avec le Consulat Général à Milan qui abrite le Centre de production des passeports biométriques et cartes nationales d’identité ;
  • assure la protection consulaire en cas d’arrestation, d’incarcération, d’accident grave, de maladie ou de décès de nos compatriotes ;
  • organiser les élections nationales (présidentielles, législatives…) ;
  • délivrer des visas (courtoisie, ordinaire) aux fonctionnaires internationaux et ressortissants étrangers qui souhaitent se rendre au Sénégal.

Mission

Rôle et fonctions de la Mission diplomatique et consulaire

Prévues par la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques et celle de 1963 sur les relations consulaires, les fonctions assignées à une mission diplomatique et consulaire sont diverses et s’articulent autour des tâches de représentation, de protection, de négociation, d’information, de promotion et de celles consulaires.

  • Fonction de représentation :

L’Ambassade représente l’État du Sénégal, dans toutes ses composantes, en Italie. Elle sert de relais entre les deux pays et leurs institutions. Elle participe aux différentes activités publiques organisées par le pays d’accueil.

  • Fonction de protection :

Elle consiste pour la mission diplomatique et consulaire à assurer la protection des intérêts du Sénégal ainsi que celle de ses ressortissants qui se trouvent dans sa juridiction.

  • Fonction de négociation :

Elle est l’une des fonctions les plus anciennes assignées à la mission diplomatique. Les négociations sont constituées de contacts au cours desquels les parties sondent les intentions réciproques. Elles peuvent avoir la forme orale ou écrite.

  • Fonction d’information :

Consiste à s’informer des conditions et de l’évolution des événements et d’en faire rapport à son pays.
La Mission diplomatique étudie tous les aspects de la vie interne de l’État accréditaire, sa politique internationale vis à vis des pays tiers et examine continuellement le développement des questions politiques, économiques, commerciales, culturelles, etc. qui existent entre les deux États.
L’exécution de cette tâche se fait de manière licite, dans le respect des lois et règlements en vigueur dans le pays d’accueil.

  • Fonction de promotion :

Il s’agit de promouvoir de meilleurs rapports et de créer une atmosphère amicale entre les États. La Mission diplomatique contribue au développement de la coopération internationale, en œuvrant au renforcement de la coopération entre l’État accréditaire et l’État accréditant.

  • Fonctions consulaires :

Elles consistent à protéger les intérêts du Sénégal et de ses ressortissants, à leur délivrer des documents administratifs et de voyage, ainsi que des visas et documents appropriés aux étrangers basés sur sa juridiction, à prêter secours et assistance aux ressortissants sénégalais.

VOIR : La Convention de vienne sur les relations diplomatiques